MENACES SUR LA SANTÉ

Les vérités scientifiques ignorées ou censurées par les medias et les réseaux sociaux

Cette phrase, lancée par Alexandra Henrion Caude lors de je ne sais plus quelle manifestation parisienne, me semble bien résumer la situation actuelle.

De quelle maladie souffrent-ils ?

D’un délire collectif caractérisant une psychose paranoïaque. Ce n’est pas moi qui le dit, mais la très sérieuse Ariane Bilheran, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie, spécialisée dans l’étude de la manipulation, de la paranoïa, de la perversion, du harcèlement et du totalitarisme, et qui a longuement étudié ces phénomènes dans l’entreprise.

Pour ceux qui ont un peu de temps, je ne peux que les encourager à visiter son site  et en particulier la chronique du 30 Mai dernier, intitulée “psychopathologie du totalitarisme” (ici).

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Je cite Ariane Bilheran : “il s’agit d’une psychose qui s’articule sur le déni de réalité ( la réalité et l’expérience n’existent pas, ne servent pas de boucle de rétroaction pour qualifier la pensée délirante dogmatique ), un délire interprétatif ( un ennemi intérieur ou extérieur, visible ou invisible, nous veut du mal ) avec des idéologies dédiées ( mégalomanie, pseudo-idéaux humanitaires, hypocondrie, persécution…), la projection, la méfiance, le clivage, l’hypercontrôle. Cette folie présente l’apparence de la raison, du discours argumenté, tout en s’organisant sur un délire de persécution justifiant la persécution d’autrui

Apparemment le fait d’avoir fait l’ENA ou d’être un lecteur assidu du Monde ne protège pas contre cette forme de délire…

 

 

Comment cette maladie peut-elle évoluer ?

Le paranoïaque a besoin d’un ennemi persécuteur. Dans un premier temps cet ennemi a été “le virus, ennemi parfait, car il est invisible, en perpétuelle transformation…” Il s’agissait donc de partir en guerre contre lui, grâce à l’arme magique du vaccin et à la tyrannie sanitaire persécutrice.

 

 

Mais il y a un problème : le vaccin ne fonctionne pas sur les nouveaux variants…Que risque-t’il donc d’arriver ? Ariane Brilheran nous le dit : “devant ces échec vaccinal, l’on peut s’attendre à ce que la persécution se renforce : il faudra pour répondre à l’idéal inatteignable d’éradication du virus, éliminer les individus qui sont supposés potentiellement porteurs du virus”…

Notez bien  que ceci a été écrit avant le discours du 12 Juillet d’Emmanuel Macron, discours qui restera sans doute longtemps dans l’Histoire de France.

Mais maintenant on y est pour de bon : ce sont les non-vaccinés qui sont devenus les ennemis, car ils s’opposent au rêve inatteignable de la pureté idéale, symbolisée par l’utopie de l’immunité collective atteinte grâce à 100% de personnes vaccinées.

Là  je ne peux résister à l’envie de vous livrer cette citation de Goebbels donnée par Ariane Brilheran, quitte à me faire accuser par les décodeurs du Monde d’avoir atteint et même dépassé le point de Godwin : “après tout les juifs ont toujours été des vecteurs de maladies contagieuses. Il faut ou bien les entasser dans un ghetto et les abandonner à eux-mêmes, ou bien les liquider; sinon, ils contamineront toujours la population des Etats civilisés”…

Que va-t’il donc probablement se passer maintenant ?

Hélas la perspective est assez sombre, si nous ne réagissons pas massivement et rapidement. Comme l’explique Ariane Brilheran :l’idéologie sanitaire actuelle, si elle est menacée dans sa subsistance hypnotique, conduira infailliblement à des passages  à l’acte meurtriers et transgressifs sur les peuples désobéissants”...

 

 

A vous d’en tirer les conclusions sur ce qu’il vous reste à faire avant qu’il ne soit trop tard.